Auprès de Marie…
demeurer en état de veille

Version imprimable (FR)

Versione stampa (IT)

Print version (EN)

Wersja do druku (PL)

Version audio (FR)

cliquez sur la flèche pour lancer la lecture

S'abonner au podcast (baladodiffusion)

S'abonner directement sur iTunes

Pour aller plus loin

Plus de textes à méditer : «Les Pères nous parlent»
et «Des chemins dans la Parole» (version imprimable)

Le «Belvédère» : une image à prier

L'évangile aujourd'hui : le témoignage vidéo du jour

 


 

Auprès de Marie…
demeurer en état de veille

« Ne crains pas de prendre Marie chez toi », disait l’ange à Joseph. Aujourd’hui, c’est à nous que l’ange lance son appel, pour que vienne l’Esprit en cette veille de Pentecôte. Ne pas craindre est le propre de l’Amour.
Prendre Marie chez soi…
C’est ouvrir en soi l’espace afin que l’Esprit Saint nous enseigne toutes choses.
C’est accueillir l’Esprit, guidé par celle qui est comblée de grâce.
C’est laisser le chemin se tracer afin que l’Esprit-Saint puisse nous conduire à Jésus-Christ.
C’est choisir la route de la fécondité de l’Esprit du Dieu vivant.
C’est faire de la place en soi afin que vienne et advienne le Christ, Jésus chez nous, en nous.
Là où est le Christ, là est Marie, Mère de Dieu, Mère de l’Église.
Là où est l’Esprit, Dieu est à l’œuvre.
« Voici ta Mère ! »
Ne craignons pas de la prendre en chacun de nous.
Demeurons en veille pour pouvoir accueillir.
Accueillir la volonté de Dieu.
Accueillir le don du Christ à la croix dans le don ultime de sa vie.
Accueillir le don de grâce à la plénitude de l’Esprit.
Accueillir en soi et accueillir en Église l’appel à la sainteté.

La Parole pour chemin

Matthieu 1,18-25 (© AELF)

Or, voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ». Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse, mais il ne s’unit pas à elle, jusqu’à ce qu’elle enfante un fils, auquel il donna le nom de Jésus.

Des mots pour prier

Esprit Saint, sois glorifié, car ta venue à la Pentecôte est la fête de la vie. Elle nous conforte dans ton amour, accroît notre joie et ravive notre confiance en toi.
Sois béni, car tu nous délivres de nos craintes et de nos peurs. Tu viens épouser la pauvreté de notre cœur et nous conduire sur le chemin de liberté. Trop souvent prisonniers de nos craintes et paralysés par nos peurs, permets que nous demeurions dans l’espérance, l’âme tendue vers toi, afin que nous soyons des témoins féconds de ton amour.
Donne-nous, ô Père, la confiance et l’abandon afin que nous puissions nous jeter dans tes bras et dans ton infinie miséricorde. Mets sur nos lèvres ton unique nom : Abba.

Pour aller plus loin

Le «Belvédère» : une image à prier

“Toute la vie du moine est d’abord une quête de Dieu. Son existence est incessamment orientée vers le jour de sa rencontre. Notre vie ne saurait avoir de meilleur but que ce terme de lumière. Le moine et la moniale se font un devoir de ne jamais oublier cela ; ils vivent tendus vers cette promesse, animés de l’espérance du veilleur qui sûrement attend l’aurore, et portés par l’amour de la fiancée qui attend fidèlement, lampe allumée, le retour de l’époux.” (Livre de Vie, 6)

photo © C. Poulin

Croix du Mont-Royal (photo © C. Poulin)

La croix du Mont-Royal est un des principaux symboles de la ville de Montréal. Érigée au sommet de la colline montérégienne qui domine la ville, elle rappelle au Montréalais la croix de bois que Paul Chomedey de Maisonneuve y planta en 1643. Face aux rigueurs de l’hiver et d’une inondation particulièrement dévastatrice, le fondateur de Montréal et la jeune colonie ont su demeurer dans l’espérance, confiants du retour certain d’une saison plus clémente. Malgré les difficultés et les doutes rencontrés, la colonie a survécu. En guise de reconnaissance, cette croix demeure aujourd’hui le rappel de la protection de Dieu sur la ville.

L'évangile aujourd'hui

Patrick Vinay

Le docteur Patrick Vinay a travaillé comme néphrologue et comme directeur d’un laboratoire de recherche d’abord à l’Hôtel-Dieu de Montréal puis à l’Hôpital Notre-Dame. Il a consacré douze ans de sa pratique à la médecine palliative à l’hôpital Notre-Dame. Cette expérience l’a amené à porter un autre regard sur la maladie et sur la personne malade. Patrick a appris à accueillir les patients avec un regard qui scrute l’Invisible. Connaissant la valeur relationnelle des derniers instants de la vie humaine, il prend soin de favoriser la rencontre avec l’(A)autre.

 

Voir la vidéo